derniere tranchee dvd

En 1916, après une charge avortée contre des lignes allemandes, trois soldats britanniques se retrouvent coincés dans le no man’s land, entre le feu des sentinelles allemandes et françaises, et sous la menace d’un prochain bombardement massif…

Quand le sergent-major Wilkins (Johan Earl) reprend conscience, il a du mal à retrouver ses esprits. Petit à petit, scrutant l’obscurité, il commence à se situer. Une attaque au sifflet, la ruée hors des tranchées, les barbelés, des hommes fauchés par les balles de mitrailleuses, tombant à ses cotés, une explosion, puis.. le trou noir. Le sous-officier réalise alors lentement qu’il est là, allongé entre les lignes, au milieu des cadavres de ses camarades. Rampant pour éviter d’être pris pour cible par les snipers « fritz », Wilkins va de cratère en cratère et découvre qu’il n’est pas le seul survivant. Tout d’abord, le soldat O’Leary (Tim Pocock), un bleu terrifié, se joint à lui. Puis, c’est le caporal Jennings (Martin Copping), grièvement blessé – il a perdu la moitié d’une jambe – qui achève de composer le trio. Dans le même temps, loin du front, madame Wilkins, qui a succombé à la tentation de la chair, tente de se débarrasser du fruit de son péché, par des moyens peu orthodoxes… et dangereux.

derniere tranchee 01

 Réalisée par le suédois Johan Earl (qui interprète le rôle principal) et l’australien Adrian Powers, La dernière tranchée est une petite production australienne qui tente de nous plonger dans l’univers des… tranchées, bien sûr, pour nous y faire découvrir le douloureux quotidien des combattants de la Grande Guerre. Sans y parvenir totalement. En effet, si les efforts pour nous envoyer en pleine figure les horreurs du conflit sont visibles et louables – qui s’inspirent bien entendu du Soldat Ryan -, les moyens investis sont bien trop modestes pour que le spectacle soit réellement efficace dans le domaine de « l’horreur guerrière ». Alors, certes, ces soldats perdus dans le no man’s land auront bien affaire avec des nuées de gaz, les tirs des snipers ennemis et des officiers en déficit d’humanité (dans le registre, c’est même sacrément caricatural), le décor planté est loin d’être ridicule et l’aspect historique est bien entretenu, mais le film pèche par une bande sonore misérable (et ne parlons pas du doublage français!), des effets spéciaux numériques très cheap, et une figuration bien malingre.

derniere tranchee 02

 De plus, le scénario est bien trop concis pour, en l’état, faire l’objet d’un long métrage. Trois soldats qui pataugent dans dix mètres carrés de terre, à la manière d’un drame intimiste boueux, c’est peu pour faire un film, sauf si l’on a énormément de choses à dire d’original – ce qui n’est pas vraiment le cas ici. Alors, certes, ce choix découle, lui aussi, d’un budget serré, mais force est d’admettre qu’au bout d’un moment, on commence à trouver le temps long. Heureusement, pour compenser cela, les réalisateurs ont décidé d’entretenir une trame secondaire développant un autre drame. Une histoire d’ailleurs plutôt bien pensée, puisque extrêmement humaine, qui évite de déresponsabiliser le principal protagoniste. En fait, madame Wilkins (Denai Gracie) n’est pas victime d’un viol, ou d’un caprice du destin, mais de sa solitude et d’un sentiment d’abandon, qui l’entraine à la faute. L’entretien de cette trame permet d’ailleurs d’amener au métrage un dénouement plutôt intéressant, s’appuyant sur deux fils parallèle reflétant la même détresse.

Au final, si La dernière tranchée ne soulève pas les foules, il serait injuste de le considérer comme un spectacle indigne. Certes, on est loin des grands films de guerre actuels, dont il imite les techniques, mais le métrage est riche de quelques bonnes idées, qui peuvent émouvoir sans sombrer dans le pathos. Un film sympathique, idéal pour meubler une petite soirée télé.

Ma côte : 2,5/5

 

  • La dernière tranchée (Battle Ground – Australie – 2013)
  • Un film de Johan Earl et Adrian Powers
  • Scénario de Johan Earl et Adrian Powers
  • Avec : Johan Earl (Sergent-major Wilkins), Tim Pocock (O’Leary), Martin Copping (Caporal Jennings), Denai Gracie (Grace Wilkins), Sarah Mawbey (Eve Rose), Damian Sommerlad (Lieutenant)
  • Durée : 95 minutes
  • Edité en DVD chez Condor Entertainment

 

 

Publicités