magdebourg 16311631, le Saint-Empire Germanique. Depuis treize longues années, forces catholiques œuvrant pour le compte des Habsbourg et princes protestants rêvant d’émancipation s’affrontent sans relâche au cœur d’une Allemagne dévastée par une soldatesque ivre de pillages. Une Allemagne qui souffre sur son sol et dans son peuple, certes, mais qui n’a pas encore connu le pire. Le pire, il surgit, tel un fléau, au printemps de cette année. Avec l’épouvantable mise à sac de Magdebourg par les troupes impériales, ce conflit politico-religieux franchit une nouvelle étape dans l’escalade de la violence, le faisant définitivement basculer dans la démonstration d’horreur et la barbarie la plus sauvage. Connue pour être l’épisode le plus sombre de la Guerre de Trente Ans, la chute de cette glorieuse cité hanséatique se traduit par le massacre de 20,000 civils – femmes violées, nourrissons empalés sur des piques, enfants sommairement exécutés -, sous le regard complaisant de l’un de plus grands et, jusqu’alors, plus honorables serviteurs du Saint-Empire, Tilly. Magdebourg 1631, horrible évènement qui dévoile les aspects les plus inquietants de l’âme humaine.

Ce documentaire de 52 minutes produit par Arte et réalisé par Anne Roerkohl et Hannes Schuler, retrace de manière très efficace (à grand renforts de reconstitutions, avec moult figurants) le siège de la ville et le martyr subit par sa population, mais il replace aussi ce moment d’Histoire dans son contexte, avec une simple, mais utile, information sur les origines du conflit et, surtout, il offre un très intéressant panorama sur le quotidien des mercenaires qui composaient les armées de la période. Le tout construit à partir des dernières découvertes archéologiques. Un excellent exposé pédagogique, donc, qui se penche sur un moment d’Histoire assez méconnu en France, mais qui changea radicalement les visages politiques, religieux et culturels de l’Europe.

Publicités