3 etoiles hellship couv

Nouvel opus de la série consacrée par les éditions Paquet à l’histoire de l’aviation de guerre, Hellship est une bande dessinée entièrement créée par Jared Muralt, un artiste suisse. Le récit se déroule à l’automne 1944, dans le Pacifique, une période où les forces aériennes américaines ont acquis la maîtrise du ciel mais se heurtent toujours à une farouche résistance d’un ennemi qui rêve toujours de contre-attaque. Membres d’une escadrille de B-25 basée dans les Philippines, l’équipe de la Lady Virgin a pour principales cibles les convois ennemis sillonnant l’archipel. Des taches quotidiennes qui pourraient sembler faciles tant est nette la supériorité aérienne alliée. Un facilité trompeuse qui, ajoutée à lassitude, pourrait bien entraîner le capitaine Edward Baxter et ses hommes a commettre des imprudences… et des erreurs.

Hellship, à la manière de la série Les têtes brûlées, se consacre à la reconstitution d’une tranche de vie des pilotes de l’US Navy durant la guerre du Pacifique. Pour ce faire, au moyen d’un scénario léger et d’un coup de crayon visant l’essentiel, Jared Muralt nous invite à visiter une base dans l’archipel des Philippines où la monotonie de la vie au sol contraste avec la tension des vols en mission. Il se penche plus particulièrement sur les membres d’un équipage de bombardier, afin de mieux exposer les niveaux d’usure de ces hommes qui, loin de leurs familles, défendent leur pays et s’occupent l’esprit avec des jeux guerriers qui peuvent apparaitre comme immoraux. Tout les ingrédients classiques sont présents : bagarres entre soldat ; arrivée des jolies infirmières ; distribution du courrier, etc. Rien d’original, certes, mais l’ensemble est assez agréable à suivre.

Dans les vingt dernières planches, Jared Muralt nous expose les circonstances qui ont amené la rencontre entre la Lady Virgin et un hellship (navire cargo transportant les prisonniers américain). Une mission riche en péripéties et en combats (d’abord le combat contre la chasse japonaise puis le bombardement des navires ennemis), le tout assez bien rendu mais dont la qualité n’atteint pas le niveau des meilleures bandes dessinées du genre. On peut également regretter que la construction de l’histoire peine à rendre les personnages de ce one shot attachant. Au final, Hellship constitue une bande dessinée plaisante à découvrir, riche d’un dénouement original, mais manquant trop de force pour en faire une œuvre incontournable.

hellship 01

Ma côte: 3/5

Hellship
Scénario, dessin & couleur de Jared Muralt
43 pages
Paru aux éditions Paquet (février 2015)

Publicités