5 etoiles

plantagenets jones

Dans la chaleur de ce mois de juillet 1346, l’armée anglaise traversait un paysage dévasté du Cotentin, englouti dans un flamboiement infernal. Des bandes d’incendiaires en maraude avaient embrasé les champs et de terrifiantes flammes oranges s’élevaient vers le ciel. Ils avaient laissé derrière eux des villes et des villages fantômes anéantis, pillés et brûlés, abandonnés par des familles terrifiées (…). A la mi-juillet,, une immense flotte de 750 nefs avait déversé sur les côtes des milliers de simples soldats d’Angleterre et du pays de Galles. Ils étaient dirigés par les militaires de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie anglaises, mais pour semer la terreur, ces hordes n’avaient d’autres maîtres qu’elles-mêmes.

Dan Jones fait partie de cette nouvelle vague d’historiens, initiée par Simon S. Montefiore au début des années 2000, qui doivent leur succès non seulement à leur capacité d’analyse et à leurs recherches documentaires et archéologiques, mais aussi à leur plume moderne et romancée, propre à attirer vers ce genre un brin abrupt un nouveau lectorat. Les Plantagenêts, copieux ouvrage paru en anglais en 2013, est le parfait exemple de cette nouvelle manière d’aborder l’Histoire.

A travers les 650 pages de ce qui se pose comme un véritable chef-d’œuvre (si, si, j’assume !), Dan Jones nous invite à découvrir l’adolescence de l’Angleterre. Une Angleterre tumultueuse, indisciplinée, rebelle, qui va se forger, par le biais de cette dynastie sulfureuse, souvent dans la douleur, sa propre identité pour se séparer définitivement de la tutelle continentale et normande.

Les Plantagenêts, de l’avènement d’Henri II jusqu’au « coup d’état » de l’usurpateur Henry IV en 1399 qui met un terme au terrible règne de Richard II, c’est deux siècles et demi d’Histoire riche en personnages hauts en couleur (la belle et influente Aliénor d’Aquitaine, le brave Richard 1er « Cœur de Lion », le fougueux Prince Noir, le pieux Thomas Beckett,…), en prouesses épiques (Crécy, Poitiers, Falkirk…), mais aussi en désillusions (Bouvines, Bannockburn, le pillage de Londres…) qui n’ont finalement fait que retarder la mutation programmée de l’Angleterre.

Le règne des Plantagenêts peut sembler bref si resitué dans l’Histoire générale de la Grande-Bretagne, mais il est essentiel de par l’importance des avancées réalisées, à la fois dans le domaine politique et culturel. Un grand nombre de ces « progrès » et de ces réformes compose les fondations du Royaume-Uni contemporain, comme la Magna Carta de 1215, signée (sous la contrainte) par Jean sans Terre, l’ordre de la Jarretière (fondation de la chevalerie anglaise et de l’iconographie royale) créé par Edouard III, l’anglicisation de la haute société, la lente progression du pouvoir parlementaire et l’émancipation de l’église anglicane.

Toutes ces avancées ne se firent pas sans mal, aucun des huit rois Plantagenêt n’eut un règne sans crise, même les plus brillants comme Edouard III ou Henri II. Certains connurent des destinées tragiques, plongèrent même dans la folie et dans la tyrannie, comme Richard II. Leur histoire, Dan Jones nous la raconte à la manière d’un roman. Un roman passionnant. Un Game of Thrones plus vrai que nature, titrait à la parution de ce best-seller The Wall Street Journal. C’est exactement ça. On pourrait également citer Les rois maudits. C’est dire les références…

Sincèrement, si vous vous intéressez un tant soit peu à cette période, jetez-vous sur ce livre, vous ne regretterez pas. Promis.

Ma note : 5/5

LES PLANTAGENÊTS (GB – 2012)
Titre original: The Plantagenets
Un livre de Dan jones
Traduction de Raymond Clarinard et Isabelle Taudière
Paru aux éditions Flammarion (collection Au fil de l’histoire) – octobre 2015.
654 pages
28€

Publicités