Introduit par un superbe édito de Jean Lopez, le thème central de ce numéro 42 de Guerres & Histoire est intitulé “La guerre de Vendée, génocide ou pas’’. Un sujet casse-gueule tant il a, au fil des années, déchaîné les passions, entretenu les désaccords et les feux de la polémique, même au sein du très respectable cercle des historiens spécialisés dans la période. Bien conscient de ce fait, G&H s’est gardé de faire dans l’exposé partisan, tout d’abord en construisant un compte rendu des événements essentiellement factuel et journalistique, puis en offrant tribune aux représentants des deux partis: Reynald Secher, qui voit dans les exactions républicaines un génocide, et Jean-Clément Martin, qui met en avant l’absence de plan concerné pour défendre la thèse opposée. Au lecteur de se faire ensuite son opinion. Ou pas. Au final, un dossier varié (on s’y interroge notamment sur les singularités du conflit) et très intéressant, dénué de tout parti pris, ayant pour objectif la démystification d’une tranche d’Histoire qui, par sa dramatique et son spectaculaire, a marqué la mémoire collective du peuple français.

Autre sujet délicat quand on vient à parler massacre ou génocide : le sac de Nankin par l’armée japonaise, en hiver 1937-1938. Répondant à dix questions, Jean-Louis Margolin nous propose une analyse de ce qui fut le massacre de milliers de civils et de prisonniers, aujourd’hui défini comme un crime de guerre – et reconnu du bout des dents par le Japon.

Mais aussi…

Plus près de nous, l’histoire de Kurt Klusmeier. Captivant, le témoignage de ce soldat allemand qui nous raconte ici comment il vécut le siège de Breslau (mars mai 1945), dernier bastion allemand sur le front de l’est. Son récit fait le sujet de la rubrique Exclusivité.

Les amateurs d’aventures exotiques et coloniales seront heureux de lire l’article d’Ian Knigth, qui est consacré aux guerres menées par l’empire zoulou face aux contingents britanniques et Boers. Le récit est enrichi par une description détaillée de la structure de l’armée de Shaka, et les particularismes qui ont fait sa force, mais aussi sa faiblesse.

Dans la rubrique La bataille oubliée: Changping, en l’an 260 avant notre ère. Julien Peltier nous ramène à l’époque des Royaumes Combattants et nous conte la bataille qui s’est achevée par la défaite du Zhao face à l’armée Qin du général Bai Qi, changeant définitivement le visage politique de cette partie de la Chine antique.

Piet Hein est à l’honneur dans la rubrique Etats de service. Robert Barazzutti nous rappelle que bien que peu connu du grand public, Piet Hein est ce corsaire hollandais qui, en capturant la flotte espagnole de la Nouvelle-Espagne à Matanzas (Cuba) en 1628, s’est emparé d’un immense trésor qui a influé sur le cours de la guerre entre son pays, les Provinces-Unies, et le puissant royaume d’Espagne.

Dans la rubrique Aux armes, Nicolas P. Baptiste rétablit quelques vérités avec un article sur le harnois blanc. Une description et un historique détaillée de cette carapace de plaques (ou plates) métalliques qui transformait le combattant en un ‘’crustacé d’acier’’ lourd et puissant.

Enfin, la rubrique Caméra au poing, traditionnellement composé de photos d’archive, est consacré à Beyrouth 1982, et l’on retrouve également dans ce numéro toutes les autres rubriques habituelles, dont les toujours pétillants billets d’humeur de Charles Turquin (celui-ci est une relecture originale, aussi drôle qu’élégante, de la guerre en dentelle).

GUERRES & HISTOIRE, n°42

Bimestriel – Avril 2018

98 pages – 6,50€

 

 

Publicités